Journée de la femme : pourquoi pas elles dans les métiers du digital ?

Je constate, depuis les années 1980, que certaines idées reçues n’ont quasiment pas changées :

–          Les femmes sont plutôt des littéraires

–          Il faut être matheuse pour faire de l’informatique

–          L’informatique est une profession d’hommes,

–          Les femmes n’ont pas les compétences requises …

Que nenni !

Ce métier, pour l’avoir exercé pendant presque 30 ans, nécessite surtout de la logique et de l’organisation. Qui a dit que les femmes ne sont pas organisées ?

Nous en donnons la preuve tous les jours, conciliant foyer et travail… Notre objectif, gagner encore plus de temps !

Il y a énormément d’opportunités dans les métiers du digital : la programmation pour les femmes qui ne veulent pas forcément faire du relationnel, la bureautique, le réseau ou la sécurité pour celle qui aiment la technique, la gestion de projet pour celle qui aiment organiser et animer, directrice informatique pour les plus ambitieuses !

Pour cela, les femmes bénéficient d’atouts non négligeables :

  • Un mode de management non directorial
  • Une place différente donnée à la compétition dans notre carrière
  • Un désir d’efficacité plutôt que de prise de pouvoir
  • Un sens du concret plus aiguisé que les hommes…

Trois règles d’or dans ce métier :

  • Se faire respecter dès le départ par ce milieu d’hommes
  • Ne pas se comparer à eux
  • Ne pas avoir peur de se mettre en avant.

Pour cela, des places sont à prendre : développeuse, technicienne, chef de projets, responsables d’équipes, directrice et, stade suprême, chef d’entreprise ! Alors allons-y !

Assumons nos qualités, il n’y a pas plus de différences de genre spécifique hommes/ femmes mais des êtres compétents et efficaces dans leurs savoir-faire et leur savoir être !

Pour creuser le sujet, vous avez des rendez-vous sur le sujet dans cet article, ainsi qu’une initiative d’une école d’ingénieur « près de chez moi » l’Epita.

https://siecledigital.fr/2016/03/07/femmes-digitale-on/

A bientôt, pour un nouveau billet d’humeur.

Jeanne Salenbier